> Edito > Les bateaux de demain : page 1

L'avenir des navires et de la propulsion écologique
Les bateaux de demain avec ShopEco.fr

Les bateaux de demain :



Le transport maritime international est responsable de l’émission de plus d’un milliard de tonnes de CO2, selon l’Organisation Maritime Internationale. Des nouvelles technologies nous permettront à l’avenir de réduire ces émissions de CO2.
 
On constate un retour aux sources avec la raréfaction des ressources de pétrole et donc la montée du prix du baril de brut. L'objectif est de faire connaître les pionniers de la navigation écologique et leurs prototypes.
 
Des technologies anciennes comme la voile, refont leurs apparitions sur maintenant tous les types de navires. Faisons un petit tour d'horizon des nouvelles technologies en matière de propulsion pour bateaux. Accompagnée par la fée électricité et porté par le vent et le soleil, observons les bateaux de demain.


La voile traditionnelle.

Nous devons réutiliser les voiles traditionnelles, il existe des voiliers cargos centenaires, qui naviguent encore de manière traditionnelle à travers les océans. C'est le cas du Kathleen & May, une goélette anglaise de 1900. Parmi les pionniers, on peut citer Frédéric ALBERT, qui a osé innover en relançant le transport à voile, en 2008 en créant la compagnie CTMV.

Frédéric Albert et le Kathleen & May
Le Kathleen & May, un voilier centenaire et Frédéric ALBERT, dirigeant-fondateur de CTMV.





La voile additionnelle

Dans la catégorie, invention simple mais intéressante, il y a toutes les sortes de voiles additionnelles que l'on peut placer sur son bateau. Il s'agit d'équiper la flotte de bateau à moteur, le type de moteur le plus utilisé par les pêcheurs et les transporteurs, avec des voiles. Cela va de la simple voile, au double gréement automatisé.

Certains se sont déjà lancés dans l'aventure, c'est le cas par exemple de Jean-Luc PELOQUIN qui a installé une voile sur son navire de pêche, le « P’tit Mousse ». Citation de Jean-Luc PELOQUIN : "Le vent est gratuit, il faut l'utiliser."

Si on ne trouve pas encore énormément de petits navires de pèche équipés de voiles supplémentaires, alors que c'est intéressant d'un point de vue écologique et économique, c'est principalement, car cela oblige le pilote du navire à régler les voiles en fonction du vent, en plus de la navigation standard.
 
C'est pourquoi, pour y remédier il existe une solution, un double gréement automatique, c’est le projet Grand Largue, on rentre le cap et la vitesse et le logiciel fait le reste en actionnant les deux mats automatisés. Le fait d'utiliser deux gréements permet d'avoir un centre de gravité plus bas et donc plus adapté à des navires à moteur. Ce projet est encore en développement, mais la société Avel Vor Technologie propose de nombreuses innovations écologiques pour les bateaux.

Le P'tit Mousse et son capitaine Jean-Luc Peloquin.
Le P'tit Mousse et son capitaine Jean-Luc Peloquin.





 


Quand ils auront coupé le dernier arbre, pollué le dernier ruisseau, pêché le dernier poisson. Alors ils s’apercevront que l’argent ne se mange pas.

Tatanka Yotanka – Sitting Bull, guerrier sioux
 

 















Mesures anti-pollution | Rentrée scolaire | Faire un site Internet | Rechercher sur le net
Trouver une carte | Traduire un texte | Arrêter de fumer
Des produits écologiques et économiques - www.Shopeco.fr ©2009-2017 OnMyWeb Production -